Dany Leriche & Jean Michel Fickinger


L’équipe de Fill-in a rencontré Dany Leriche et Jean-Michel Fickinger. Professeurs aux beaux arts de Nancy mais également dans une école de Bamako, ces deux photographes représentés par la galerie Baudoin Lebon se présentent pour fill-in.fr, entre une exposition à Paris Photo et un voyage au Mali!

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Dany Leriche: Je suis une artiste plasticienne nommée Dany Leriche. Depuis une quinzaine d’années je suis connue pour mes photographies dont je suis « le metteur en scène ». Je travaille avec Jean-Michel Fickinger, mon compagnon de route depuis de longues années, qui est directeur de la photographie sur toutes les photos et s’occupe également des retouches numériques et des constructions 3D quand elles sont nécessaires, pour certains décors.

Depuis quand pratiquez-vous la photographie ?

Jean-Michel Fickinger: sérieusement depuis 1978

Comment avez-vous découvert la photographie ?

JMF: Dans un labo amateur, en regardant quelqu’un faire tirage; c’était magique.


Avec quel type de matériel avez-vous débuté ?

JMF: Rolleicord et Nikormat

Quelques anecdotes sur les étapes de votre apprentissage ?

JMF: sans rentrer dans les détails (il y aurait trop de choses à raconter), les meilleurs souvenirs sont ceux de la période d’assistanat au studio Pin Up.

Si vous citez UN photographe qui vous inspire particulièrement, qui serait-il ?

JMF: n’en citer qu’un seul serait réducteur;

Avec quel matériel travaillez vous ?

JMF: moyen format en argentique, rarement la chambre et 24×36 en numérique

Quel(s) type(s) de photos réalisez-vous ?

DL: Allégories, grandeur nature,représentées par des femmes nues avec attributs, qui vont définir des notions abstraites par exemple:la Philosophie, la Virilité, Beauté de Femmes, Destinée etc..

Une raison particulière à cela?

DL: savoir d’où l’on vient…

Êtes-vous attiré par un autre type de photos ? si oui lequel ?

DL:Toutes les mères et filles de tous pays m’attirent et me questionnent: sur les notions de Familles ,Transmissions, Héritages culturels, Liberté, choix de vie, de travail, d’aimer, etc…

Pourquoi avoir choisi ce sujet ? vous touche t-il personnellement ?

DL: Dans quelques jours, nous retournons au Mali, photographier des Mères en Madones face à leurs enfants. Ces enfants seront présentés comme dans des aquariums, où l’eau montera et remplira progressivement l’image, jusqu’à les submerger. Le problème de l’eau est très présent au Mali et draine beaucoup de drames.


Comment avez-vous abordé le sujet ? préparation ? contacts ? recherches préalables ?

DL: J’ai obtenu la Villa Medicis hors les murs pour aller en Sierra Leone travailler sur les Femmes Mandés qui sont les seules Femmes en Afrique à dessiner et concevoir leurs masques et en plus dirigent la politique, l’économie… Mais les visas ont été refusés à cause de la fin de la guerre, pays jugé encore trop dangereux. Je me suis intéressée au Mali à travers un cinéaste sénégalais: Ousmane Sembene dont le film « Mooladé » m’avait très impressionné sur l’excision. Mais au Mali, le sujet est trop sensible pour être traité par des occidentaux.

Après quelques temps sur place, c’est les enfants et les mères qui nous ont entraîné par leur immense désir d’être photographiés, à développer le sujet de la Famille Malienne.

Quelle a été la réaction des personnes que vous photographiez ? comment ont-elles réagi à votre idée ?

DL: Le grand enthousiasme général sauf quelques exceptions à cause de la religion musulmane, uniquement pour les mères car pour les enfants, il y avait une telle queue et un nombre inimaginable, que l’on s’est senti envahi et dépassé par le nombre.

Comment avez-vous géré l’éclairage ? le placement des sujets ?

JMF: éclairage naturel indirect; les sujets étaient placés en fonction de la lumière et dirigés comme en studio


DL:Pour les Allégories, la recherche est différente, d’abord, il y a le fait que les modèles soient nus, de tous les âges et doivent correspondre intellectuellement et psychologiquement à ce que je recherche. C’est une communion que l’on doit ressentir ensemble car nous nous exposons entièrement chacune! Il y a aussi cet part de plaisir que l’on prend à construire des images où nous nous identifions.

Pourquoi le studio ?

JMF: c’est un outil idéal pour la mise en scène

Qu’est-ce qui vous a donné envie de travailler avec des lumières artificielles ?

JMF: c’est le travail en studio qui impose la lumière artificielle; les studios lumière du jour sont très rares.

Comment se présente votre studio ?

JMF: un espace vide avec suffisamment de recul pour photographier un groupe d’environ 7 personnes en pied.

Pouvez-vous nous expliquer le placement des sources ?

JMF: tout dépend de la photo en cours; en général source principale de gauche à droite (pour respecter le sens de lecture en occident)

Comment se déroule une séance ?

JMF: maquillage, polas ou tests numériques, prise de vues, pastis.


Quels sont vos rapports avec les modèles ?

JMF: un grand respect.

Avez-vous aussi des maquilleuses ?

JMF: oui, nous en avons une; elle s’appelle Florence et travaille avec nous depuis 1992

Le thème de la séance est-il défini au préalable ou improvisez vous tout au long du shoot ?

JMF: le thème est toujours défini avant, mais la prise de vues reste suffisamment ouverte pour saisir une opportunité si elle se présente; rien que le mot « improvisation » dans le contexte d’une prise de vues m’angoisse.

Comment choisissez vous vos destinations de voyages/reportages!?

DL: en fonction des sujets que l’on veut traiter mais aussi des connexions, car sans rencontre, pas de photos…

Comment s’organise ce genre de voyage ?

DL: C’est une très longue préparation, déjà pour trouver des bourses et ensuite pour établir les connexions.

Une fois là-bas, que faites-vous ? Comment se déroule votre “séjour” ?

DL: On tâtonne, on cherche, on reste ouvert, on oublie ce que l’on a appris, on reste très attentif à ce qu’il se passe et on laisse les préjugés derrière soi.


Quelles ont été vos grandes déceptions ?

DL: Le fait de ne pas pouvoir faire plus de voyages pour réaliser le projet des « nouveaux paysages familiaux de la mondialisation ».

Et au contraire, vos plus belles satisfactions ?

DL + JMF: Au Mali, la remontée de Mopti à Tombouctou, en pinasse , par le lac Debo, un passage hors du temps!

Pouvez-vous nous raconter vos débuts ? Votre premier reportage ? Vos premiers contrats… ?

DL: Jean-michel a commencé par photographier mes travaux artistiques. J’ai été subjugué par le travail d’interprétation qu’il en a fait, au lieu du travail d’illustration traditionnel. Quand nous avons réalisé notre première photo ensemble, bien plus tard, j’ai eu le sentiment que quelque chose d’intense se produisait. J’ai beaucoup de patience et je prends beaucoup de temps pour mettre en place les conceptions, mais au moment de la réalisation, je suis trop impatiente et pas assez pointue. Pour lui, c’est tout le contraire, ce qui fait que l’on se complète assez bien…

Appliquez-vous un ou des traitements à vos photos ? Si oui, lesquels ? qu’apporte d’après vous ce ou ces traitements ?

JMF: en argentique, nous utilisions le traitement croisé pour « booster » le contraste des images couleur; ça permettait de gommer l’aspect très réaliste des nus.

Comment définiriez-vous votre travail ? Points forts, points faibles ?

DL: Je suis très contente de la qualité de mes photographies et aussi du rapport au monde qu’elles génèrent. J’aimerais me consacrer entièrement à elles.


Quel pensez vous de la photographie aujourd’hui (nouvelles technologies, tendances, démocratisation de la photo etc.)?

JMF: j’utilise les technologies numériques; ça fait un moment que je ne les appelle plus nouvelles; elles me facilitent la vie et me donnent accès à un tas de possibilités, qui existaient en argentique mais auxquelles je devais renoncer pour des raisons économiques. Je ne crois pas aux tendances.

Si vous deviez choisir un seul de vos clichés, lequel serait-il ? pourquoi ?

JMF: le prochain; c’est à chaque fois une nouvelle aventure.

Avez-vous des projets ou des idées dans ce domaine ?

JMF: j’ai plein de projets et d’idées dans le domaine de l’image, mais comme Fermat, « la marge est trop étroite pour les contenir »

Aux dernières nouvelles, ils partaient tous les deux au Mali. Nous pouvons juste espérer qu’il nous ramène des belles images et qu’ils nous fassent part de leur nouvelle aventure photographique. A suivre…


En voir plus sur leur site

Tania Koller

Correspondances:

Peter Hapak
Augustin Le Gall